Je n’y croyais plus !

Je n’y croyais plus !

Oui, j’avais envie d’en parler même si ce n’est plus d’actualité.

Je le dis tout de suite, ce texte n’a pas pour but de régler des comptes ou quoi que ce soit. C’est une une pensée et positive pour moi. Ca s’est très vite fini et d’une façon rude mais ne vous inquiétez pas, je suis très vite passée à autre chose. 🙂
Je me suis construit au fil des années une bonne carapace. Je ne m’en cache pas, les relations sérieuses et moi, ça fait deux. Se prendre à chaque fois des gamelles, souffrir et devoir se relever, au bout d’un moment j’en eu marre. Et puis il faut bien se l’avouer, on tombe amoureux de sa liberté. Pas de prise de tête, pas de compte à rendre, faire ce que l’on veut quand on veut, je trouve cela génial !
Mais il faut dire tout de même que depuis un petit moment, je m’inquiétais… Je ne faisais plus aucune recherche. J’étais dans ma bulle, j’étais bien. Mais il faut dire que je commençais à avoir des envies. Je vous vois venir de suite, vous pensez au sexe. Ben non, même si la libido titillait un peu, c’est surtout la tendresse qui me manquait. Et il faut dire qu’avec tout ce foin qu’on vit depuis plus d’un an, c’est pas facile.
Bref, un jour, une amie à moi me demande si je voulais rencontrer quelqu’un car un de ses potes en avait marre d’être célibataire. Je lui ai dit pourquoi pas mais j’étais déjà dans l’optique que ça n’irait pas plus loin que de l’amitié. Elle nous met donc en contact sur Facebook, on parle et on décide de se rencontrer (tant bien que mal, vu que tout était fermé).
On se rencontre, il ne me laisse pas du tout indifférente. Je me suis surprise moi-même. La carapace était déjà en train de tomber. Oui, je suis tombée pour lui dès le départ ! Alors que j’étais sceptique à la base concernant cette rencontre.
Vous allez me demander pourquoi je vous raconte tout ça. Parce que même si cette histoire n’est pas allée loin je suis soulagée. Je peux tout de même à nouveau éprouver des sentiments amoureux. Oui, j’étais inquiète car je m’en vais sur 45 ans. A un moment donné va tout de même falloir que je me retrouve quelqu’un, histoire de ne pas finir mes vieux jours toute seule. Autant c’est dur d’être hypersensible mais ça l’est tout autant dans l’autre sens…
La moralité de tout ce texte serait de ne pas se prendre la tête mais de ne pas non plus trop se fermer. Faire confiance à son feeling et ne pas trop se mettre de barrières. Certes, la chute a été difficile encore une fois mais je me suis relevée sans trop de difficulté et surtout avec de la fierté. Je pourrais encore le faire (bon pas de tout de suite, je pense) quand le moment se présentera. Il s’est d’ailleurs présenté plus vite que prévu 😉 .

Laisser un commentaire

Isabelle Potel