Ces gens-là…

Ces gens-là…

Encore une histoire qui vient de mon expérience personnelle…

mediseuse

Je voulais prendre du recul aussi avant de faire cet article mais en fin de compte, je ne sais pas quand je pourrais en prendre grâce à cette personne. Je n’étais jamais vraiment tombée sur ce genre de personne auparavant. Mais je peux vous dire qu’elle est grave de chez grave ! C’est hallucinant. Il faudra qu’elle aille s’acheter une vie et laisser la vie des autres tranquille une bonne fois pour toute. En même temps je peux lui dire merci car du coup j’ai fait un peu de tri dans mes amis. Quand on y réfléchit bien, il y a même certaines personnes que je n’aurais jamais dû laisser revenir dans ma vie…
Bref, je ne suis pas là pour m’étaler sur leur vie. Je fais cet article, pas pour me justifier ou quoi ou qu’est-ce car je n’ai rien à cacher, ni rien à me reprocher. Par contre, on peut parler d’une valeur qui s’appelle le respect ? Car cette personne l’a soit perdu, soit ne la jamais eu. Même quand on est en froid, il me semble que ce qui s’est dit entre nous, doit rester entre nous et ne pas être divulgué et encore moins reformulé à tort. C’est plutôt un gros coup de gueule concernant ces gens-là, une catégorie méprisable. Parler sur le dos des gens à tort et à travers… Voilà ce que c’est, des personnes médisantes. A tous ces gens, votre tactique ne mène nulle part !
Cet article ne sera pas très long car cela n’en vaut pas la peine de faire tout un roman. Et la meilleure façon de combattre ce genre de personnes reste l’indifférence totale. Elles finiront bien un jour par lâcher le morceau. Cela s’appelle également des personnes toxiques à éviter à tout prix. Ne jamais non plus se positionner en tant que victime, ce sont juste des dommages collatéraux. Ce sont ici aussi des leçons de vie, un rappel qu’il faut toujours se méfier et que les apparences sont souvent trompeuses.
Toujours est-il que finalement je ne fais pas cet article pour moi mais pour vous. Et si je pouvais vous donner un conseil c’est de laisser glisser ce genre de calomnies sur votre cul. Ou juste rétorquer « parle à mon cul, ma tête est malade », ou encore « continue, ça fait de la compagnie à mon cul ». Bref, l’indifférence n’est pas un signe de faiblesse, de soumission, de victimisation, de culpabilité ou d’échappatoire. C’est plutôt le signe d’une force, d’une intelligence à ne pas rentrer dans le jeu de son adversaire en n’y accordant aucune attention car il n’y a aucun intérêt…

Laisser un commentaire

© Copyright Isabelle Potel

Isabelle Potel