Ces abstentionnistes…

Le temps de lecture estimé pour cet article est de 5 min

On en entend de plus en plus parler ces derniers temps. Mais, en fait, qui sont ces gens ? Quel est le but ? 

Petit rappel

Le droit de vote est un droit et non une obligation. Comme tout autre droit, on peut ne pas l’exercer. Ce n’est pas non plus juridiquement un devoir. Et transformer ce droit en obligation n’est pas du tout envisageable. Cela deviendrait une contrainte pour bon nombres de citoyens. Et cela nuirait fortement à nos (chers) politiciens (votes blancs, nuls…).

C’est quoi un abstentionniste ?

C’est celui qui fait le choix de ne pas voter. Quelqu’un qui vote blanc ou nul ne fait pas parti de ce cercle.
Les motivations de ces abstentionnistes sont diverses.
En France, voter n’est pas obligatoire. Mais il est normalement obligatoire de s’inscrire sur les listes électorales. Je dis bien normalement car c’est écrit dans le code électoral mais n’est soumis à aucune sanction si on ne le fait pas.
Bon à savoir également (qui pourrait arriver en France, on ne sait jamais), dans certains pays, les votes blancs sont comptabilisés… et remis au parti gagnant pour leur faire gonfler leur chiffre.

Pourquoi être abstentionniste ?

L’abstentionniste ne souhaite tout simplement pas prendre parti pour qui que ce soit. Le vote blanc n’étant pas reconnu et pourrait être même interprété comme une « indécision » de la part du votant, il fait le choix de ne pas exercer son droit.
Ils sont souvent montrés du doigt et insultés. Ils sont assimilés à du « j’en foutisme », de la fainéantise…
N’oublions pas que ce n’est pas que Mr Lambda qui est abstentionniste. Rappelez-vous, il n’y a pas si longtemps, ces 448 députés (qui avaient sûrement poney, c’est très important) absents lors du vote de la loi visant à l’inscription de l’état d’urgence dans la constitution…

Ouverture d’esprit

Il est clair que depuis les attentats de novembre 2015, rien ne va plus. Le français se rebelle enfin et commence à voir l’abstentionniste qu’il a maudit pendant de nombreuses années, sous un œil différent.
Il me semble que cette mascarade de Vème république cesse.

La Vème république

Un petit rappel de ce côté-là n’est pas non plus inutile. Nous sommes depuis le 4 octobre 1958 (ça ne date pas d’hier, hein) sous la forme du régime républicain (la 5ème). Cette cinquième république accorde un pouvoir plus important au président de la république (désolée, mais là j’ai du mal à y mettre les formes) par rapport aux précédentes. Le suffrage universel est également mis en place pour élire ce dernier (avant c’était l’assemblée nationale et le sénat qui s’en chargeaient). C’est-à-dire que ce sont les grands électeurs (sénateurs, députés, conseillers généraux, maires…) qui votent. Mais en 1962, ce mode sera modifié par le Général De Gaulle (premier Président élu sous la Vème république) et instaure le suffrage universel direct (donc par le peuple) et c’est là que la démocratie fait son (sa brève) apparition.

Et la démocratie dans tout ça ?

Normalement ce mot veut dire le pouvoir au peuple. Mais vous en conviendrez que la définition ne doit pas être la même en politique. Et puis républicain ou démocrate, il faut choisir (comme boire ou conduire) …

Liberté, égalité, fraternité

Telle est la devise de la France. Mais…

Liberté

La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui… On va aller droit au but. La liberté, on l’a de moins en moins. Je la redéfinirai ainsi : la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas aux politiciens, c’est-à-dire : on ferme sa gueule et on devient de gentils moutons.

Egalité

La loi doit être la même pour tous. J’ai l’impression d’écrire un conte de fée… Je suis d’accord mais qui font les lois ? L’égalité ne devrait-elle pas commencer par-là ? Je remplacerais bien ce mot par supériorité ou infériorité, tout dépend d’où on se place…

Fraternité

Ce fût, il parait le plus délicat à intégrer. Pourtant, c’est bien tout ce qu’il nous reste de valable dans cette devise. La définition de ce mot est l’expression du lien affectif et moral qui unit une fratrie. Nous sommes et resterons toujours une fratrie car notre pays nous unit.

L’Islande, un exemple à suivre ?

Avant la crise financière de 2008, l’Islande était au premier rang des pays les plus développés au monde. Elle n’est jamais (mais le devait) rentré dans l’Union Européenne. L’organisation des pouvoirs en Islande a été bouleversée à la suite de manifestations qui ont fait démissionné le gouvernement. Ils ont élu ensuite une assemblée constituante afin de réécrire la constitution. Pour en savoir plus sur ce pays, voici un très bon article trouvé sur Wikistrike.

Que l’on soit abstentionniste ou non, vous serez sûrement d’accord avec moi, on est tous dans la même merde (appelons un chat, un chat). Ne croyez pas qu’un abstentionniste ne se sent pas concerné par l’avenir de son pays, au contraire. Il a compris depuis bien longtemps qu’aucun parti politique quel qu’il soit (et encore moins le FN qui est très intelligent, ceci dit en passant) ne mènera à bien nos intérêts.
La France doit revenir au peuple car lui seul est à même de savoir ce qui est bon pour son pays. Il est vraiment temps que nos enfants aient un avenir certain alors que le nôtre est incertain. Prenons exemple sur l’Islande, qui elle n’a pas eu peur de démanteler son gouvernement et de reprendre les rennes.
Le point de non-retour est arrivé grâce à François Hollande !

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas rendu publique.